Vous êtes ici webriviere.free.fr > sciences > dossiers > spot_5 > index

 

 

 

 

 

 

 

Section Sciences

 

 

 

 

 

Accueil

Sciences

Rando

Détente

A propos de...

Rechercher

Contact

 

 

 

 

Liens

Formulaire de contact

Rechercher sur le site

 

 

 

 

 

SPOT 5
sur la 150ème Ariane

 

A l'occasion du 150ème lancement d'Ariane, la fusée européenne emporte le staellite Spot 5...

 

 

 

[ Retour aux autres dossiers ]

 

 

 

 

 

>> Informations

 

 

    3 mai 2002 à 22h 31min 46s. Deux mois après le lancement d'Envisat, Arianespace met sur orbite le satellite français d'observation de la Terre Spot-5... et Idefix.

 

 

>> Le satellite SPOT 5 sur la 150ème Ariane

 

 

Le satellite Spot-5, qui a été lancé le 3 mai 2002 à 22 h 31 min 46 s (heure de Guyane) par une fusée Ariane-42P, est le dernier d'une filière de satellites civils d'observation optique qui, à l'instar du lanceur européen, a permis d'être le leader mondial du marché commercial de l'imagerie satellitaire pendant quinze ans. Depuis la création de Spot Image, qui va ajouter un quatrième satellite à sa flotte en service en juillet, le chiffre d'affaires cumulé de l'opérateur atteint plus de 458M. Par ailleurs, le chiffre de 2001 était en augmentation de 11 %. Selon Jean-Marc Nasr, "après une période monopole, Spot Image doit désormais faire face à la compétition. La période 2002-2006 sera une époque de maturité pour le marché qui se décline en trois types de clients (la défense, le service public civil et le commercial)".

Le satellite Spot-5 qui doit assurer la continuité du service (commencée en 1986) jusqu'en 2007.

 

Spot-5 va permettre d'élargir l'offre. De plus, la distribution se fera au travers des nouveaux partenariats exclusifs (Channel Partners). Deux d'entre eux ont déjà été signés avec DigitalGlobe (USA-Défense et Agriculture) pour 50 M$ et avec ImageOne (Japon-Défense) pour 12MEur. Et d'autres vont suivre dans les prochaines semaines. Spot Image souhaite devenir un unique point de vente pour les clients. En complément des produits Spot (HRG, HRS, Végétation), l'opérateur propose aussi les images optiques et radars des satellites ERS et Envisat (via le consortium Sarcom), Radarsat, Eros-lA, Ikonos, Quickbird (via Eurimage) et les données aériennes d'InfoTerra Ltd (démonstrateur de MicroSAR sur drone Britten-Norman Islander).

 

 

>> Quatre instruments

 

 

Spot-5 (3,5 t) est réalisé par Astrium et Alcatel Space (44%) avec une coopération de la Belgique (4%) et de la Suède (4%). La charge utile comprend deux instruments HRG (Haute Résolution Géométrique) de 2,5m de résolution en supermode panchromatique (champ de 60km), l'instrument HRS (Haute Résolution Stéréoscopique) de 10m de résolution et l'instrument Végétation-2 dont les produits seront prétraités par le CTIV (Centre deTraitement des Images Végétation) en Belgique. La plate-forme permet de faire des visées latérales jusqu'à 27°. HRG et Végétation-2 sont fabriqués par Alcatel Space (financement par la France, la Suède, la Belgique, la Commission Européenne et les industriels participants au programme), tandis que HRS est construit par Astrium (pré-financement par le Cnes et Astrium, ce dernier étant remboursé en fonction des ventes). HRS permet de prendre de façon quasi simultanée deux images d'une même zone de 120 sur 600km sous des angles différents et de restituer sous une forme numérique en trois dimensions le relief du terrain correspondant. Un modèle numérique de terrain mondial devrait être constitué en cinq ans (30 millions de km^2 correspondant au cinquième des terres émergées). Pour cela, un accord a été signé entre la DGA, le CNES et Spot Image le 25 avril 2002. Spot Image assurera la programmation de l'instrument pour répondre aux besoins du ministère de la Défense et à ceux issus des marchés civils.

 

Le lendemain du lancement de Spot-5, la Nasa a prévu de lancer le satellite d'observation de la Terre EOS-PM1/Aqua (2,9t), tandis qu'Arianespace préparera le vol V151 du 5 juin 2002 qui verra une Ariane-44L lancer le satellite Intelsat-905.

  

La famille des satellites Spot.

 

 

>> Idefix en orbite

 

 

Le lanceur de Spot-5 emporte avec lui un passager pas comme les autres. Il s'agit de deux boitiers de 6kg chacun qui resteront solidaires du troisième étage. Ces picosatellites radio-amateurs, alimentés par piles, transmettront en NBFM, l'un sur 145,840MHz pour le grand public et l'autre sur 435,270MHz pour la partie scientifique.

 

Ils ont été conçus et réalisés par l'équipe d'Amsat-France dans un temps record. En effet, la signature du contrat avec Arianespace n'est intervenu que le 4 mars 2002 pour un lancement le 3 mai. Les tests de vibrations ont été réussis le 19 mars et l'engin est parti à Kourou le 6 avril. La durée de vie d'Idefix est d'environ deux mois au cours desquels seront obtenus des informations sur l'evironnement et l'orientation par rapport au Soleil (capteur solaire et capteur température) après la passivation.

 

Amsat-France avait été créé en 1996 à partir du club aérospatial cellois et du Radioamateur vlub de l'espace (satellite Arsène). Il a participé aux satellites Spoutnik-40, 41 et 42 qui étaient des versions préliminaires d'Idefix en 1997-1999. Puis, il a démarré en 1999 le projet de satellite Satedu (cube d'environ 30kg doté de panneaux solaires) qui a des problèmes de financement. Enfin, il participe au programme ARISS pour la station orbitale internationale d'où des picosatellites radioamateurs seronts lancés à la main par les astronautes. D'ailleurs, une réunion d'ARISS-Europe s'est tenue à l'ESTEC fin mars 2002 et une réunion mondiale s'est déroulée en avril (Amérique du Nord, Russie, Europe et Japon). Récemment, d'autres satellites radioamateurs ont été placés sur orbite (Amsat-3D en 2000, PCSat en 2001 et Colibri en 2002).

 

 

>> Astrium choisi pour Kompsat-2

 

 

L'institut de recherche aérospatial coréen KARI (Corée du Sud) a retenu Astrium pour aider au développement et à la fabrication du satellite d'observation de la Terre Kompsat-2 dont le lancement est prévu début 2004. Le satellite, doté d'une caméra de 1m de résolution et d'un instrument multispectral (20 bandes), serait lancé par une fusée chinoise LM-2C en avril 2004.

 

Par ailleurs, la Corée du Sud qui a déjà lancé trois satellites de télécommunications géostationnaires Koreasat, va lancer Koreasat-4 en 2003 et Koreasat-5, doté de récepteurs militaires (bande X), en 2005. Le programme spatial de la Corée du Sud prévoit aussi la réalisation d'une base de lancement et d'un lanceur national. Pour cela, elle cherche à développer des moteurs à ergols liquides en coopération. Des discussions sont déjà engagées avec la Rusiie et Snecma Moteurs.

 >> haut de page

 

 

Pour en savoir plus...

N'hésitez pas à donner votre avis sur ce dossier à partir de la section "contact".

 

[ Retour liste des autres dossiers ]

[ Retour accueil général du site ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous droits réservés - Riviere Nicolas © 2020 - 20120115